InsomniaRich Harassementtokyo ghoul higanbanaOjisatsu
New Life.comQuatar ProjectEx-Nemesisnom duparto

Discover around you the world that is not yours - PV Lillie
Dim 9 Sep - 11:42
Discover around you the world that is not yours

Nouvelle vie, c'était une nouvelle vie qui m'attendait, et j'étais impatient de la découvrir, même si je n'arrivais pas à communiquer avec la majorité des personnes, même si je me sentais si étranger, même si … Ah et puis zut aux même si ! J'étais là où j'avais voulu aller, et l'excitation ne faisait que grandir en moi, j'avais envie de tout découvrir, de savoir de quoi le monde d'ici était fait. J'écoutais aux portes quand je pouvais comprendre, donc quand les gens parlaient en anglais, si j'avais bien compris. C'était une langue qui ressemblait à la mienne, même si on disait rarement les mêmes expressions, il y avait des choses qui m'étonnaient. Comme parler d'un lac comme étant un lac noir. Ça voulait dire quoi exactement ? J'étais curieux, mais mon inexpérience ici faisait que je n'étais pas enclin à aller leur demander. Du moins au début. Si j'étais timide ? A dire vrai, je n'en savais rien, je savais juste que je n'avais pas envie de me mêler sans rien connaître, de passer, comme chez moi, pour l'idiot de service.

Mais après quelques jours, curiosité étant plus forte que moi, je demandais de mon fort accent, puisque je n'avais pas le même que ceux d'ici, et avec toute mon espièglerie, ce qu'était que le lac noir, d'une manière de parler qui les étonna. Puisque je les avais abordé de cette manière :

« J'ouïs dire qu'il y avait un lac noir
Est-ce là signe de désespoir ?
Que lui vaut un tel nom ?
Pourrais-je en connaître la raison ? »


Bien sur, on m'avait regardé avec de grands yeux, parler en rimes, ça ne devait pas courir les rues, et même chez moi c'était rare, juste que je m'étais plu à trouver une autre manière de parler, pour me différencier des autres. Et les réactions m'amusaient. Même si elles étaient différente ici de chez moi, c'était drôle de voir les têtes surprises avant d'avoir des explications. Il s'appelait ainsi parce qu'il portait malheur selon la rumeur. Quiconque allait en ses eau était victime d'une terrible malédiction. J'eus un rire cristallin, mais leurs yeux montraient qu'ils y croyaient. Les rumeurs étaient faites pour être prouvées qu'elle n'étaient que des rumeurs. Aussi, je décidais dès le lendemain de m'y rendre, sans chercher à savoir ce qu'on me dirait.

Je ne séchais pas les cours. On était dimanche, si je n'avais pas fait d'erreur, et puis, un cours en plus un cours en moins, je n'en voyais pas l'intérêt. Chez nous, la notion de cours était bien vague, du moins pour moi, qui n'avait eu que des professeurs particuliers pour m'enseigner ce que je devais savoir. Et je n'avais qu'un maître en mon cœur, celui qui m'a enseigné les plantes, avec les poisons et antidotes. Je me demandais quelles plantes ici étaient empoisonnées, et lesquelles on pouvait manger. J'avais hâte de découvrir tout ça !

Une fois arrivé au lac, je réalisais que j'avais la tenue de chez moi, une tenue qui n'était pas habituelle de celles d'ici (Celle ci hormis les chaussures qui sont des bottes de même couleurs que celles de l'image). Elle était plus extravagante, ce qui me plaisait bien, alors que je n'aimais pas la porter chez moi, trop ordinaire. J'essaierais de m'habituer aux tenues d'ici, qui me permettraient de passer plus inaperçu. Donc bref, j'étais au lac et je réalisais qu'en effet, il semblait bien mystérieux, mais à part ça, c'était un lac ordinaire.

J'enlevais mes bottes, après tout, je n'étais pas là pour faire souffrir mes pauvres petits petons, et je restais devant le lac à l'observer en m'étirant.

« Et bien pour un lac mystérieux,
J'avoue qu'il est bien curieux.
Porte-il vraiment malheur
Ou n'est ce là qu'un leurre ? »


Je finis de m'étirer pour le regarder de mes yeux verts. J'hésitais à appeler Ewen, mais il ne devait pas vouloir observer ce nouveau monde, il avait l'air d'avoir des réticences à y aller quand je lui avais évoqué. En effet, depuis qu'il le savait, il avait tendance à me tourner le dos pour montrer son désaccord … Ah les serpents, tous des têtus … Quoi ? Oui oui je me comprenais dedans !

©️ 2981 12289 0
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/09/2018
Race : Nyphiamerien
Feat : Mizuki - Kamisama Hajimemashita

Owein Marwann
1ière Année
Dim 9 Sep - 13:30
Il est une liberté bien souvent ignorée de ceux qui vivent sans se poser la question, la liberté d'action. Oui, mais nous sommes tous libres de faire ce que nous voulons, que nous chantes-tu, pauvre ignare. Oui mais non. La liberté sociale est conditionnée autant par nos ambitions que par nos appartenances sociales. C'est ce qu'elle avait réussi à comprendre après son changement de plan d'existence. On suit des règles invisibles et silencieuses pour se faire accepter, pour ne pas fermer certaines portes, ou encore pour avoir l'air de ce qu'on voudrait bien être aux yeux des autres. Si de son vivant tout cela était intégré et principe actif, elle avait réussi à dépasser ce genre de considérations bien vite .Autant faire ce qu'on veut, on ne meurt qu'une fois. YOLO. Oui mais voilà, que faire alors une fois qu'on est Already Dead Once. ADO, voilà un acronyme qui mériterait plus d'attentions.

Et cette liberté, on ne l'acquiert qu'une fois qu'on se détâche de tout ça. On est certes un animal social, mais le trépas libère de bon nombres de règles de la société. Et pouvoir faire ce qu'on veut sans se poser la question de qui ça regarde, qui plus est quand on peut se payer le luxe de n'avoir aucun témoin visuel, était un plaisir dont elle ne se privait pas. Elle visitait, lieu après lieu, salle après salle, un nouvel environnement qui n'était certes pas plein de promesses, mais qui lui donnait une toute autre vision des choses. Ou plutôt des potentiels. Elle ne s'en était jamais plainte jadis, ce n'était certainement pas le moment de le faire maintenant. Elle était allée dans tous les endroits communs, peuplés, mais même si elle aimait se faire le miroir silencieux de la vie, elle aimait aussi le charme désuet de la solitude et des interdits. D'ailleurs que reste-t'il d'interdit à celui qui ne craint pas la mort pour l'avoir embrassée. La malédiction des vampires sans le charme sensuel. Rien. La réponse est rien. L'observation, et encore. Le silence? Même pas. L'après vie était aussi bruyante que peut l'être un couloir de lycée, qui l'eût cru.

Quelle ne fut pas sa surprise cependant, de constater que la curiosité n'avait pas été seulement de son ressort et qu'elle n'était pas aussi seule qu'elle l'espérait au premier abord. On était Dimanche, certes, mais les gens préféraient en général les lieux balisés. Et on les comprend. Mais elle n'était pas ce genre de personne. Elle aimait savoir ce qui attire autant que ce qui effraie, et le nom de ce lac était tout simplement parfait.

Mais elle n'était de toute évidence pas la seule curieuse. Il était étrange d'ailleurs cet être là. Il n'avait pas l'air bien normal. Au sens humain, bien entendu. On a beau changer de plan, on ne perd pas tous ses repères d'un coup. Il avait une couleur de cheveux qui ne savait laisser indifférente et ses vêtements criaient la même chose. Elle sourit. Invisible comme à son habitude elle évaluait la situation. Il n'avait pas l'air plus avancée qu'elle, sans son petit uniforme scolaire, comme à son habitude. Mais elle avait l'intention de rester un peu et de disparaitre jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche, pour lui même. Des rimes ! Elle sentit malgré elle ses sourcils s'arrondir. C'était plus que très intéressant. Silencieuse, peut être visible en alternatif à cause de la surprise, émotion qui faisait souvent osciller ses capacités naturelles, elle décida d'attendre, pour voir s'il rimerait encore. Elle adorait la poésie.

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 06/09/2018
Race : Fantôme
Feat : O.C by Gemi

Lillie
2ième Année
Ven 14 Sep - 6:22
Discover around you the world that is not yours

Enfin, malgré toute les douceurs que pouvaient offrir la vie ici, malgré toutes les douleurs que l'on avait tenu à m'informer, je sentais que le monde ici était certes très différent du mien, mais qu'il y avait des similitudes. Personne chez nous ne se serait approché d'un lac maudit à moins d'être fou. Si j'étais fou ? Peut être un peu … Mais personne ne m'en tiendra rigueur, curieux était peut être d'ailleurs un mot plus judicieux. Je n'aimais pas que l'on affirme ds choses sans les voir, je préférais tester par moi même. Mais quand bien même, cet endroit n'était pas des plus agréables, je devais l'avouer.

Mes pieds maintenant nus, je m'approchais du rivage, sans entrer dans l'eau, laissant par derrière moi mes bottes qui ne m'étaient que d'usage pour rentrer. Une fois étiré, j’avais envie de me poser, on me disait parfois qu'être seul avec le vieux fou qui m'avait tout enseigné aspirait à le devenir soi même. Et bien, qu'à cela ne tienne, je deviendrais fou à leurs yeux, déjà que parler en rimes n'était pas à leurs oreilles une chose ordinaire … Je ne pu m'empêcher de pousser un rire cristallin à cette pensée.

« Ah que la bêtise des miens est belle
Poussée par leur cruelle éducation
Il faut dire qu'elle est telle
La plus grande des privations ! »


Parler seul faisait aussi partie, selon leurs dire, de la folie. Était-ce vrai ? Était-ce un leurre ? E ne pouvais que me poser cette question, qui resta vaguement dans mon esprit une fraction de seconde, le temps de me la poser elle s'était déjà envolée. Ah qu'il était doux de se poser. Repliant mes jambes, je m'assis ainsi sur le sol, non loin du rivage, à observer le soleil qui reflétait son image. Peut être était-ce encore plus magique sous la lune féerique ?  Voilà qu'en pensant, je passais en rimes. C'était une habitude dont j'aurais du mal à me séparer. Tout ça pour être moi, différent de ces êtres qui m'ont légèrement rejetés à cause de mon incivisme qu'ils disaient. J'étais simplement trop curieux de l'extérieur, et pas assez de mon royaume.

Ah qu'il faisait chaud aussi en ces lieux, j'enlevais ma veste, désireux d'avoir un peu de fraîcheur. Sous celle ci, mon haut n'était pas long, juste un sans manche, et voilà que j'enlevais mes gants. Le vent souffla quelque peu, faisant voler mes cheveux.

« Ah qu'il est agréable ce vent
Qui souffle depuis le firmament !
Il ne faut pas plus pour moi
Pour que la sensation d'émoi
Fasse son travail silencieux
Et repose mon esprit nerveux. »


Si j'étais vraiment nerveux ? Qui ne le serait pas dans un monde différent du sien ? Ma manière de parler était déjà étrange, même si l'anglais d'ici était très semblable. Mais les expressions si différentes … Qui parlerait d'un vent soufflant du firmament ? Chez nous c'était bien là l'expression d'un vent apaisant. Je n'avais conscience de la présence qui se trouvais derrière moi, et je profitais pour observer les alentours, conscient que ce moment de paix n'était qu'une trêve dans ma vie mouvementée.

©️ 2981 12289 0
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/09/2018
Race : Nyphiamerien
Feat : Mizuki - Kamisama Hajimemashita

Owein Marwann
1ière Année
Sam 29 Sep - 19:31
C'était assez amusant. Elle n'y aurait jamais pensé de son vivant. Cette idée de pouvoir être là sans l'être. On dit toujours qu'on traîne notre lot de fantôme, mais c'est totalement différent quand on en devient un. Et elle se demandait parfois si c'est ombres qu'on croit parfois voir du coin de l'oeil, si ces présences ou ces courant d'air glacés n'avaient pas en fin de compte une existence bien plus palpable qu'on ne le pense? Et si tout ce qu'on sentait de bizarre dans la vie de tous les jours c'était plein de petites Lilies qui se promènent en sachant plus ou moins pourquoi elles se trouvaient là. La perspective d'être passée à côté des choses encore plus qu'elle le pensait au départ lui donna le vertige. Oh, ces vertiges là ne duraient jamais, elle s'était habituée à beaucoup de choses, mais la pensée lui donnait toujours quelques frissons.

Passer si près de la réalité, et pourtant ne pas l'être assez pour savoir. Elle secoua la tête un instant, une seconde fois et essaya de se rattacher à la réalité. A l'instant présent. C'était toujours un challenge, on dit toujours de bien garder ses pieds sur terre, mais si on regardait bien, elle flottait très légèrement au dessus du sol si elle n'y prettait pas attention. Alors que voulez vous que ça lui fasse comme bien de garder les pieds sur terre à Lilie maintenant? Alors à quoi on s'accroche quand le présent n'est même plus une réalité? A rien, ou du moins à beaucoup de rien. Et ça lui allait très bien. Elle avait laissé tomber le overthinking avec ses démons en passant la porte, c'était beaucoup plus facile. Et c'est certainement pour ça qu'elle était restée un peu plus longtemps pour le regarder, lui, qui rimait au bord d'une eau à la réputation plutôt sombre.

Elle était plutôt du genre à observer en silence, mais alors qu'elle l'écoutait et songeait en silence à des rimes d'auteurs obscurs qui lui revenaient toujours en mémoire par bribes, tant bien qu'elle ne pouvait jamais vraiment impressionner personne avec. Une moitié de rime ça n'est qu'une phrase, au fond. Et une phrase seule ça n'a pas grand chose de bien intéressant. Elle se surprit à penser trop fort, et comme la seule chose qui n'était pas dissimulée par son nouvel était était le son de sa voix, nul doute qu'il allait entendre qu'on parlait à quelques mètres seulement de lui.

"Seul sous la lune
Le vent souffle
Solitude"


C'était un très mauvais Haiku, mais elle n'avait jamais été à cheval sur les règles de l'art.






avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 06/09/2018
Race : Fantôme
Feat : O.C by Gemi

Lillie
2ième Année
Sam 27 Oct - 16:48
Discover around you the world that is not yours

Alors que je me prélassais au bord de cette onde maudite, selon les dires de mes camarades, le vent du firmament soufflant dans les cheveux, une voix, fine, douce, parvint à mes oreilles. Je ne comprenais pas bien les paroles qui étaient ainsi venues de l'espace derrière moi. ET qu'était-ce exactement que la lune, on m'avait parlé d'un astre, était-ce celui que je voyais au dessus de ma tête ? Surprenant. Intéressant. Intrigant … Le vent souffle, c'était un fait, je ne pouvais le nier, mais qu'est ce qu'elle entendait par solitude ? Était-ce positif ou négatif ? L'onde maudite devant moi reluisait à la lumière de l'astre.

C'était surprenant comme les gens aimaient se faire remarquer d'une manière ou d'une autre, que ça soit d'où je venais ou dans ces lieux. Nyphiamer et la Terre, deux endroits qui me semblaient si différents, mais où parfois, des ressemblances étaient frappantes. Mais je ne me retournais pas, je laissais le suspens de savoir qui était derrière moi, je ne l'avais pas vu en venant, ni entendu depuis ma présence en ces lieux. J'étais curieux, c'était vrai, mais je préférais laisser le mystère autour de cette fine voix.

Parce que oui, malgré toute ma curiosité qui pouvait émaner de moi, je préférais laisser du mystère sur ce qui m'entourait, c'était bien plus amusant ainsi. Après tout sans mystère, il n'y avait plus de magie. Je n'entendais pas les pouvoirs comme de la magie, c'étaient deux choses différentes, la magie c'était quelque chose de mystérieux que tout le monde avait. Les pouvoirs, c'était une part de soi, que certains pouvaient avoir.

Aussi, après quelques instants de secondes qui duraient, je décidais de détruire ce qui ne me semblait ni pesant, ni malveillant. Le silence, c'était une chose très agréable, je devais l'avouer, mais parfois, comme tout, il fallait l'effacer. Parce que dans le silence, on ne pouvait tout dire, surtout quand la personne était dos à nous. Surtout si on ne savait pas si elle était visible ou non.

« ET bien qu'entends-je là ?
Une douce voix parvient à moi
Mais je ne sais si elle est là
Ou si c'est un songe qui m'émoit. »


Étrange, aux oreilles d'une jeune personne qui venait de ce monde, je ne savais pas que j'avais fait une faute dans mes paroles. N'importe qui aurait dit « qui m'émeut » mais moi, j'avais bien dit « qui m'émoit ». Je n'étais pas d'ici, et ma langue pouvait différer de celle ci. Ma mélodie n'était point aux oreilles d'ici. Je n'aimais l'avouer, mon langage si châtié était parfois induit en erreur, parce que ma langue natale n'était pas la leur.

Mais qu'importe, si la personne derrière ma personne était bien réelle, elle m’apparaîtrait dans une douceur qui serpenterait jusqu'à mes oreilles, ou alors ma folie ne faisait que commencer.

©️ 2981 12289 0
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/09/2018
Race : Nyphiamerien
Feat : Mizuki - Kamisama Hajimemashita

Owein Marwann
1ière Année

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: