nom dupartonom dupartonom dupartonom duparto
nom dupartonom dupartonom dupartonom duparto

C'est ma tournée {Luciano}
Mer 28 Sep - 13:52
Ce son stressant qui vous oppresse dès le matin, vous incitant à vous lever au plus vite pour y mettre fin. Chose que je déteste, de nombreux réveils y sont passés avec moi… ma douceur légendaire. Il faut croire que je ne suis vraiment pas du matin, néanmoins avec les cours je suis bien obligée de me lever. Heureusement,  je ne suis pas seule dans la chambre, et ma camarade me secoue toujours un peu pour aller plus vite. J’avançai la main sans ouvrir les yeux afin de donner un grand coup sur mon réveil pour le faire taire, mais à la place du petit « Bip » de fin, j’entendis un « Aie » de douleur. Me redressant brutalement j’aperçus mon voisin de classe se tenant la main, rougit par le coup. Effectivement, le son que j’avais entendu, annoncé la fin du cours et non le réveil… J’ai du encore une fois m’assoupir, encore heureux que je sois bien cachée au fond de la classe. Je lui adressai un petit rire gênée, puis fit comme tout le monde, attrapa mes affaires pour sortir de la classe. Après tout ce n’est pas plus mal, la journée était enfin terminée. Toutefois, en sortant je captai la conversation d’un groupe de fille, demandant qui avait terminé le DM à envoyer par mail ce soir. J’eus un petit moment de réflexion, et me donna un grand coup de main sur le front. Décidément je faisais boulette sur boulette en ce moment.

C'est pourquoi je me retrouve en ce moment même, seule, à 21H00 à la cafétéria de l'établissement. Prenant café sur café afin de rester éveillée le plus de temps possible et finir ce fichu DM de mathématiques, dont en plus, je n'avais pas intérêt de me ramasser au vue de ma note précédente. Il n'y a pas de quoi se moquer, tout le monde a ses points faibles... Pour ma part c'est les maths... Et l'histoire... la chimie.... Peut-être un peu la Géo... Bref passons là n'est pas le problème.

Les heures continuèrent de s'avancer mais pour ma part j'avais la sensation de n'avancer à rien. De plus, j'étais excitée comme une puce avec tous ces cafés avalés, il n'était même plus question d'aller me coucher.J'attrape mon portable et fit défiler mes contacts, enfin "défiler"... Ce n'est pas comme ça j'en avais des centaines. Mais bon, les personnes avec qui j'apprécie parler sont rares, c'est pourquoi à la vue de l'un de mes contacts je me mis à sourire. J'avais trouver la personne à embêter: Luciano. Il était tard, mais tant pis si je le réveil. "J'ai peur toute seule à la cafète, paraît que le fantôme d'un ancien cuistot vient s'occuper de tout ceux qui trainent le soir pour faire le repas du lendemain." Un SMS sans queue ni tête, mais il devait en avoir l'habitude. En tous les cas, je me leva pour retourner près de la cafetière et m'en faire une nouvelle tournée.
avatar

Invité
Invité
Mer 28 Sep - 18:47
Plus que quelques secondes avant que la sonnerie finale retentisse, laissant notre libre-arbitre gérer la suite des événements. Et... Enfin le dernier son de la sonnerie de l'établissement se déclenchait, et sur les dernières recommandations du professeur, les premiers élèves, souvent ceux qui ne suivaient rien, sortaient et prenaient les devants, tandis que le reste de la classe suivait petit à petit. Moi, je profitais largement du temps qui m'était destiné à bien vérifier mes affaires, et sortir de la salle sans rien laisser derrière moi.
Une fois en dehors de l'établissement, un choix s'offrait à moi : respirer le grand air et me promener, ou s'occuper de rendre ses devoirs, quitte qu'ils soient faits à l'avance. Je restais tout bonnement en plein milieu du chemin pendant deux longues minutes, avant de me décider suite à une légère bousculade d'un élève appartenant à une année bien supérieure. C'était pratique de profiter de son rang... Surtout en étant en groupe, trouillard. Si j'avais ne serait-ce qu'un contrôle sur mon pouvoir, je t'apprendrais à voler.

Ainsi, je m'étais décidé à rentrer dans mon dortoir, pour l'instant occupé que ma personne, avant de me poser sur mon bureau, d'ouvrir mes cours, et de plancher sur les devoirs du lendemain et du surlendemain. Cela faisait deux bonnes heures qu'un cours me donnait du fil à retordre : un devoir sur les cours de langues... J'avais encore du mal à assimiler l'anglais, et aussi les langues nippones, latines... Toutes les langues me faisaient défaut. Seule la langue anglo-saxonne me permettait d'avoir un léger niveau de compréhension, et encore. Pour le reste, j'étais plutôt moyen, mais en sport, j'étais comme un poisson dans l'eau.
Étant plus à bout de m'énerver sur cette copie que sur autre chose, je m'offrais un petit repos le temps de rendre mon cerveau moins en surchauffe, et d'avoir les idées claires à mon réveil.

Seulement, mon téléphone était là pour me rappeler de l'idée que je m'étais concrétisé, par un bruit significatif d'un message reçu. J'ouvrais les yeux, me relevant du lit pour prendre mon portable, et voir le contenu du SMS.

"J'ai peur toute seule à la cafète,
paraît que le fantôme d'un ancien
cuistot vient s'occuper de tous
ceux qui traînent le soir pour
faire le repas du lendemain."


Cela venait de Freya, une fille avec qui j'avais fait connaissance autour... Avec... À cause... Bref, je l'avais rencontrée. Mais les quelques mots utilisés suffisaient à attirer ma curiosité. Je regardais au loin mon bureau, avant de me décider à sortir, éteignant les lumières, me munissant seulement de mon appareil téléphonique portatif. Au passage, je lui répondis, grâce à un logiciel de traduction.

"J'arrive de ce pas. Ne bouge
pas d'où tu es."

Je me dirigeais et rentrais dans la cafétéria, avant d'apercevoir Freya, totalement seule avec beaucoup de tasses et son ordinateur. Je souriais en approchant, m'asseyant pas trop loin d'elle.

"Alors... Il est où ce fantôme ? On va pouvoir souffler un peu et jouer les aventuriers."
avatar

Invité
Invité
Jeu 29 Sep - 14:31

J’entamais mon énième café lorsque quelqu’un rentra à son tour dans la cafète, mon cher Luciano. "Alors... Il est où ce fantôme ? On va pouvoir souffler un peu et jouer les aventuriers." J’eus un petit sourire amusé en le voyant venir, car je dois avouer que je m’y attendais. C’est bien pour cela que je lui ai envoyé un message, n’ayant peut-être plus envie de me retrouver seule. J’aurais pu l’envoyer à d’autre, mais je n’avais pas envie de les embêter… Oui, lui par contre ça ne me dérange pas. Je n’irais pas à dire que c’est mon souffre-douleur ou mon « bouche-trou » comme on peut le dire… Du tout, car lorsque j’ai envie de passer du bon temps, c’est parfois vers lui que je me tourne. Au moins, lui ne me regarde pas avec des yeux de chouettes quand je rentre dans l’un de mes délires. Bref… Je levai le bras et lui accordai une grande tape dans le dos. C’est ma manière de saluer, un peu brute, j’en ai fait tomber plus d’un, mais les accueils « petits bisous sur la joue » ce n’est pas mon truc : « T’es trop mignon de venir tel un preux chevalier. Mais je pense que dès qu’il t’a vu, il est parti aussi vite qu’il est venu, tu en imposes bien trop. »

J’adore charrier, surtout le charrier. Sur ces mots, je lui tendis une tasse de café pour qu’il puisse à son tour tenir une partie de la nuit, autant que je ne sois pas la seule à faire les quatre cent pas. L’on pouvait toutefois entendre quelques bruits dans la pièce d’à côté, étant collée à la salle des étudiants cela n’était pas étonnant. Certains y vont souvent le soir tard pour être tranquille, mais ce sont généralement les étudiants de classe A ou E de 3ème année. Du coup, les autres n’osent jamais y aller pendant « leur heures », pour ma part, ils ne m’intimident pas, mais ils m’insupportent un peu. Après tout, je les vois déjà assez comme ça pendant les cours. Passons, je tournai de nouveau mon intention vers Luciano et lui assurai un sourire complice : « Tu veux de l’aventure ? Viens, on plaque tout ! Les cours, les gens, et on part n’importe où ! Pourquoi pas faire peur aux humains ? Ils ne verront plus les fées de la même manière. » Et oui, je peux faire aussi peur qu’un loup-garou ! Hum bon peut-être pas actuellement… Personnellement, si cela ne tenais qu'à moi ça ferait un moment que j'aurais tout lâcher. Mais bon, parait-il que la moral impose de finir ses études, de rester dans le droit chemin... Alors bon, pour le moment tenons nous à carreau, après on verra.

Mon regard se tourna de nouveau vers mon ordinateur qui sembla me narguer. Car en attendant il me restait toujours ça à finir. Je soupira un instant puis repris un petit air sérieux en regardant Luciano :"Mise à part ça, ça se passe toujours bien pour toi ici? Et surtout, créés tu toujours des catastrophes avec tes bourrasques ?" Sur ces mots je lui donne une petite pichenette sur le nez. Il est vrai que j'étais mal placée pour me moquer, mais c'est bien plus fort que moi.
avatar

Invité
Invité
Ven 30 Sep - 6:04
Mon arrivée semblait la rendre enjouée, heureuse de savoir qu'une personne autre que ce mystérieux fantôme soit avec elle. Elle me salua avec une bonne tape dans le dos, sa manière exclusive de dire bonjour à moi. Je n'avais pas spécialement remarqué d'autres camarades traînant avec elle, ne m'intéressant pas beaucoup à ses fréquentations. Avec moi, elle était partante pour s'amuser, faire la fête et s'éclater, en plus d'avoir des délires qui me faisaient rire, où je participais volontiers à chaque fois.
Sur son compliment ainsi que sa comparaison, je souriais tout en riant un peu.

"Il semblerait, car je le vois nul part. Je suis fort dans l'art de la persuasion par ma simple présence."

Tandis que je finissais ma phrase, elle me passa une tasse de café. C'est vrai que de jouer aux investigateurs, cela pourrait nous prendre toute la nuit, alors autant palier avec cette boisson chaude. Je buvais à grande gorgée, alors que du bruit se manifestait à côté. Pas au point d'en faire un boucan, mais assez pour savoir que de l'activité s'y trouvait. Généralement, c'était les plus expérimentés qui s'amusaient, tandis que les plus jeunes devaient encore prouver leurs talents, comme Freya et moi.
Soudainement, elle se retourna vers moi, l'air complice et le sourire en coin, avant de m'adresser ses idées farfelues. Elles ne l'étaient pas forcément, car j'aurais pu faire la même chose dans un ennui pareil. Je la regardais finir ses paroles, toujours souriant.

"J'y pensais aussi à tout laisser tomber. Pourquoi pas maintenant ? Allez, c'est parti !"

Je me relevais de la chaise, imitant un départ vers l'aventure inconnue qu'on pourrait rencontrer, avant de rire un peu. Je me remis à ma place, observant ce que faisait Freya. Son écran d'ordinateur, du moins, ce qu'il y avait sûrement sur son écran la perturbait un peu, assez pour solliciter du café comme aide. Je n'avais pas encore l'argent pour m'offrir ce genre d'appareil, restant assez vieille école avec mes cahiers et mes stylos.
Elle me regarda de nouveau, mais avec un air plus posé, plus sérieuse que d'habitude, tout ayant soupiré bien avant. Je pensais qu'elle déprimait sur un court instant, mais sur la fin de ses paroles, elle donna un petit et léger coup sur le bout de mon nez. J'étais un peu surpris par cette action, me le frottant légèrement, avant de croiser les bras et la regarder à mon tour droit dans les yeux.

"Si on oublie que j'ai provoqué une course-poursuite dans toute la ville à cause de mon éternuement sur ma plage, tout se passe pour le mieux. J'espère pouvoir maîtriser ce souci. J'ai peur de me boucher le nez et que ma tête explose à cause de ma force."

Je riais ouvertement, sachant que cela était impossible. Les vents venaient de l'extérieur, pas de mon propre souffle. Je me rapprochais d'elle pour voir ce sur quoi elle travaillait. Des chiffres complexes ainsi que des lettres, des inconnues pour être exact. Oui, c'étaient des mathématiques. J'avais une certaine facilité dans cette matière, mais il semblerait que la petite fée galérait.
Je soupirais un instant. Je la voyais concentrée mais aussi tourmentée par la difficulté de ce devoir. Je lui chuchotais doucement quelques mots.

"Dis... Et si on s'amusait un peu ? Genre... Un peu de boisson autre que le café pourrait t'ouvrir l'esprit ?"

Je la regardais en faisant un léger clin d’œil, le sourire aux lèvres.
avatar

Invité
Invité
Sam 1 Oct - 5:40

Je ne pus m'empêcher un petit rire lorsqu'il me parla de sa mésaventure. J'en avais déjà eu écho, et je dois avouer que j'aurais tellement voulu être présente à ce moment-là. Ça a dû être des plus drôles à regarder, toute cette foule à la poursuite de ce pauvre Luciano... Dommage qu'ils ne l'aient pas attrapé. Quoi ? Non mais je ne pense pas méchamment bien évidemment, je dis juste que cela aurait pu être encore plus drôle... Il faudrait que je pense à l'accompagner la prochaine fois, il y a de quoi s'amuser... Bien sûr, je l'aurais aidé... À se relever une fois que tout le monde lui auraient fait comprendre leur point de vue. Je pense réellement pour une amie ingrate, ne trouvez-vous pas ? Je vous rassure, je sais mesurer les choses, lorsqu'il y a réel danger, je sais tout de même faire preuve de bon sens. Enfin bref... Ces dernières paroles attisèrent fortement mon intention, et lui répondis par un grand sourire complice. J'aimais beaucoup cette façon entre nous de ne pas faire de manière et de se laisser aller, pas comme avec d'autres, que j'apprécie aussi, mais il y a des limites à ne pas franchie. Des limites que je peux me permettre de franchir avec Luciano. "Tu sais que tu me plais toi."

Me levant de ma chaise, je me dirigeai vers l'un des comptoirs de la cafétéria, évidemment, toutes les boissons comportant de l'alcool étaient sous clés ou cachées... Nous sommes tout de même dans un établissement scolaire. Toutefois, j'avais plus d'un tour dans mon sac, accordant un regard vers la porte d'entrée, puis je m'avançai vers l'une des tables. Poussant légèrement celle-ci, l'on pouvait voir dessous l'une des planches du parquet s'entrouvrir légèrement. Il n'y avait qu'à la soulever un peu plus, et vous pouvez trouver dedans une bouteille cachée. Je reviens vers Luciano, un grand sourire aux lèvres :" Les dernières années ont plusieurs cachettes comme celles-ci, mais ils ne sont pas très discrets. Bien sûr, ça reste entre nous. Si tu es mignon et si tu sais rester discret je te montrerai les autres." Il est certain qu'ils ne seraient pas heureux de voir que l'on puise dans leur réserve personnelle, mais d'un coté, ils ne pouvaient pas s'en plaindre haut et fort.

Attrapant de plus grands verres, et m'asseyant sur l'une des tables à côté de Luciano, je lui tends l'un d'eux à moitié remplis :" Vas-y doucement tout de même, je ne voudrais pas te ramasser à la petite cuillère." Je crois que mon premier verre partit en seulement quelques secondes, mais mon dieu, que ça faisait du bien... En effet, c'était bien plus efficace que de la caféine. En tous les cas, il était assez fort, mais rien d'étonnant, les dernières années savent quoi choisir, je dois l'avouer. Je me penchai vers Luciano pour lui remplir de nouveau son verre, sans même savoir si ce dernier l'avait déjà terminé. J'accordai toutefois de temps en temps une attention particulière aux sons autours de nous, il est rare que quelqu'un vienne à la cafète à cette heure ci mais il vaut mieux rester sur ses gardes.

avatar

Invité
Invité
Lun 3 Oct - 6:28
J'avais pu remarquer le léger sourire complice que me faisait Freya à l'évocation de l'alcool, une chose qu'elle appréciait boire en ma compagnie. C'est vrai que tout seul, consommer de la boisson reviendrai à être vu par les autres comme un alcoolo de service. Mais à deux, cela devenait plus amusant. Elle venait de me dire que je lui plaisais. Quand on connaît les envies et passions d'une personne, c'était bien plus facile de toucher à ses domaines.
Je la voyais se lever, et se déplacer vers une direction précise. J'attendais de voir ce qu'elle comptait faire, n'ayant aucune idée de son action. En se déplaçant vers le comptoir, elle jetait rapidement un coup d’œil à l'entrée : le couvre-feu imposé pour nous n'était pas loin d'arriver, et pour s'assurer... Que personne nous regardait ? Enfin, elle déplaça une table, souleva une planche un peu tordue, pour y sortir du sol une bouteille de champagne. Je ne connaissais pas la datation du vin, ni sa provenance, mais une chose est sûre : la vraie soirée allait pouvoir démarrer.

Elle m'expliqua que les années supérieures possédaient plusieurs caches, semblables à celle qu'elle avait débusquée. Puis, la fée s'avança vers moi, l'alcool et des verres à la main, s'asseyant sur la table. Elle les avait préalablement remplis de champagne, avant de m'en tendre un, seulement plein de moitié. Je pris le verre, avant de le boire au même rythme que Freya. Le champagne est assez particulier en goût, n'étant pas un alcool que je préférais. Mais il restait très bon dans sa conception, et sa teneur était respectée.
Puis, elle se pencha vers moi pour remplir de nouveau mon verre. Un seul n'aurait pas suffit pour me complaire, que ça soit elle ou moi. Ayant à nouveau le verre de rempli, je lui adressais quelques mots en la regardant.

"Pour ce qui est de s'inquiéter de mon état avec l'alcool, c'est gentil de ta part. Mais je suis capable de le tenir, sinon j'aurais refusé le verre."

J'avalais le contenu du verre comme si c'était du petit-lait. Bien sûr, la sensation de bien-être et de chaleur de l'alcool commençait à se créer, mais j'arrivais à garder les idées claires... Du moins, je crois ? Je me levais brusquement de ma chaise, la faisant tomber par terre. Je lâchais un "oups" en signe de ma maladresse. Je regardais la femme assise sur la table avec un sourire et mes yeux ancrés dans les siens.

"Et si on trouvait aussi un autre jeu à faire ? Ou des questions ? Une action ou vérité ? Ou sinon... On peut seulement boire et parler de tout et de rien. Oh et puis zut !"

Je m'étais assis sur la même table que Freya, mais mon regard tourné vers les fenêtres, observant la lune qui illuminait le ciel. J'étais comme... Absorbé par son éclat lumineux. Tout ce qui était en-dehors de mon champ de vision, mais aussi peu à peu de mon audition, s'atténuaient pour ne le laisser que ma concentration sur le rond blanc et clair.
Soudainement, une voix féminine me tirait de mon état. Je me retournais pour voir qu'il s'agissait de Freya, me tendant mon verre encore rempli. Je voyais comme des rougeurs qui apparaissaient sur ses joues. Je ne pensais pas qu'elle était gênée, mais plutôt du champagne. Et dire que la soirée ne faisait que commencer... Cela présageait le meilleur pour la suite.
avatar

Invité
Invité
Lun 3 Oct - 9:08
Étrangement, je me sentis très rapidement "à l'aise", et surtout détendue. Pourtant, je n'étais encore qu'à mon deuxième verre, mais cette idée ne semblait pas trop me préoccuper. J'étais peut-être aussi dans l'euphorie du moment, ne me rendant plus trop compte, si cela provenait de la présence de Luciano ou de ce breuvage. Je sursautai un bon coup lorsque ce dernier fit tomber ça chaise, ayant cru que quelqu'un était rentré dans la salle. À cette heure, il n'y avait plus personne maintenant, mais on ne sait jamais. En fait... Je me moquais totalement, rendue à ce stade, que l'on nous trouve ou non. Vous n'allez tout de même pas me faire croire que nous serions les seuls à boire un soir dans l'établissement ? Nous ne sommes pas dans un couvent ici... Bref, toujours est-il que je soutenais le regard de Luciano du mien, il semblait plutôt partant pour que l'on rendent les choses plus intéressantes, pourquoi pas! Il se posa à côté de moi, le regard cette fois perdu au-dehors. Le rappelant doucement pour le sortir de ses pensées, j'avais maintenant le réflexe de remplir son verre et le mien sans plus compter. C'est étrange d'ailleurs, plus l'on en boit, et plus la bouteille me semble pleine. Un détail qui aurait pu m'interpeller si j'étais dans mon état normal, mais je dois me l'avouer à moi-même, penser n'étais plus trop dans mes aptitudes en ce moment même... "Action ou vérité hein ?! Pourquoi pas... Mais dans ce cas, on ne se défile pas ! Et si on choisissais pour l'autre... "

Je fis mine de réfléchir un moment, oui, seulement mine, car j'avais beaucoup de mal. Ma tête commençait à tourner, mais je me sentais tellement bien. Légère, apaisée, comme si rien ne pouvait m'atteindre. Je levai la main vers les ampoules et ses dernières se mirent à perdre de leur luminosité, juste assez pour que l'on puisse y voir un minimum, mais pas assez pour que l'on puisse nous percevoir par la fenêtre. Je m'amusai de constater que je contrôle mieux mes pouvoirs dans un état d'ébriété que lorsque je suis "normale". Enfin bref, je regardai mon verre et le posai sur le côté, ainsi que celui de Luciano. "On a plus besoin de ça, fini les manières." Et avala carrément une gorgée à la bouteille, pour ensuite la passer à ce dernier pour qu'il puisse en faire de même. Je sautillai pour me mettre debout sur la table, manquant de me ramasser, mais me soutenant aux épaules de mon ami. Une fois fixe, je lui fis mine de se lever à son tour et tendit la main :" Action, fais moi danser sur cette table sans nous faire tomber." Chose pouvait paraître stupide, mais dans notre état, juste impossible. À moins qu'il se contrôle toujours, à voir.

Je n'arrivai pas moi-même à rester fixe, mais de mon point de vue, c'est la pièce qui bougeait et non moi. Néanmoins, je m'obstinai à le défier du regard, avec un sourire narquois, après tout, c'est lui qui a eu l'idée.: " Si tu échoues, ton gage sera... De devoir, aller chanter une sérénade sous la fenêtre de la grande Bimbo de la classe, Mindy." Cette fille était certes l'une des plus belles, mais elle était loin, très loin d'avoir inventé l'eau chaude. Personnellement, je me retenais à chaque fois de lui en coller une, mais je sais à quel point se serait lourd de l'avoir sur le dos.... Surtout trop amusant. Car s'il fait ça elle ne va plus le lâcher: " Bien évidement je te rassure, je serais là pour immortaliser ce moment."

avatar

Invité
Invité
Lun 10 Oct - 10:54
Lorsqu'elle m'interpela, cela semblait être une réponse à ma précédente question. Ainsi, elle semblait partante pour une "Action ou Vérité", un jeu très populaire, surtout parmi les humains. Bon, ce n'était pas le jeu le plus éducatif, mais il restait tout de même dans le rôle d'un divertissement, c'est-à-dire, divertir. Elle décidait que le commanditaire décidait pour l'autre. Ma foi, c'était une règle bien plus intéressante, alors j’acquiesçais devant elle.
Je la regardais lever sa main vers les ampoules, qui commençaient... À diminuer de luminosité ? Est-ce que j'étais si bourré que ça ? Peut-être, ou peut-être pas. Je n'avais pas vraiment la tête aux réflexions introspectives personnelles avancées. Sans avoir vu, mon verre était vide. J'avais dû le boire à un moment donné, mais j'arrivais pas à m'en rappeler. Soudainement, elle prit mon verre et le sien, pour les poser plus loin. Elle expliqua que cela ne servait plus à rien, avant de boire directement à la bouteille. C'était la Freya que je connaissais : elle n'avait pas froid aux yeux, et ça se voyait. Elle avait pris une bonne gorgée, avant de me passer l'alcool délicieux, pour qu'à mon tour, je fasse de même. On aurait cru que la bouteille serait vide depuis le temps, mais elle semblait sans fond, et plus j'y goûtais, plus les saveurs étaient divines.

Puis, elle se releva pour essayer, je dis bien essayer, de se mettre debout sur la table, s'appuyant sur mes épaules pour avoir de la stabilité. Enfin, elle me faisait signe de faire de même. Je me retrouvais debout, face à elle, un peu titubant. Elle me tendit la main, avant de me proposer une action : la faire danser. Au vu de mes capacités physiques actuelles, je n'allais pas lui promettre une danse endiablée. Mais quelque chose de simple sans trop de mouvements complexes allait pouvoir le faire. Avec mon portable, je lançais une fonction pour choisir une musique aléatoire. Après tout, on pouvait danser sur tout !
Quand je posais mon appareil non loin, et je commençais à prendre sa main dans la mienne, et sa taille avec l'autre, la musique démarra directement sur plusieurs instruments, et surtout un saxophone très familier... Oh non... C'était LA musique qui ne fallait pas, mais alors pas du tout. Au pire, je n'avais rien à cacher à Freya, alors autant danser. Le rythme était plutôt lent, mais chaque mouvement devait être précis, exprimant chaque ressenti du couple dansant. Tandis qu'on dansait, elle disait qui si j'échouais, je devrais chanter une sérénade à Mindy. Je voyais bien de qui elle parlait. Tout le monde connaissait cette fille, aux allures de Barbie, sans vraiment exagérer. Mais de là à lui chanter quelque chose... Si je faisais ça, je serais non seulement fiché, mais elle n'hésiterait pas à me suivre partout où j'irais. Ma présence au départ n'était jamais passée inaperçue auprès de la gente féminine, et ça se remarquait, quand certaines vous dévorent du regard. Ce n'était pas le cas avec Freya, c'est cela qui me plaisait chez elle, dans sa manière de se comporter.
Elle finit par me dire qu'elle sera présente pour immortaliser ce moment, si cela venait à arriver. Je lui souriais, même, je riais face à elle, tout en continuant la danse.

"Alors je ferais tout mon possible que cela n'arrive..."

Au même moment, je glissais sans trop comprendre pourquoi, toujours tenant ma partenaire, et nous étions sur le point de heurter le sol, si je n'avais pas éternué sur le coup. Mais grâce à cela, le vent fut assez puissant pour nous redresser, nous deux et la table avec, pour se retrouver au point initial de la danse.
Je riais de plus belle avant de la regarder dans les yeux.

"On dirait qu'être bourré aiderait à mieux gérer notre pouvoir ! Il faudrait le souscrire comme obligatoire pour notre cas !"


(HRP : Deux choses. desolé de mon absence longue, j'ai eu pas mal de soucis ~ Et la deuxieme, il y a un petit lien hypertexte pour la musique ancrée dans le rp. J'ai voulu trouver une musique qui faisait sourire, et celle là m'est venue xD)
avatar

Invité
Invité

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Marianne en ligne détourné
» Chemin détourné
» La tournée des joueurs
» Oeuf tourné, pas pété, s'il vous plait. [TERMINÉ]
» Luciano Spalletti: una visione italiana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: