nom dupartonom dupartonom dupartonom duparto
nom dupartonom dupartonom dupartonom duparto

Sortie en ville ⚡ ft. Camélia
Mar 4 Oct - 15:27







 
 

   
   

   
   

     
     
     
   

   
   

     
      with Camo-mille
     
   

   
 

 
 

   
     
     Samedi. Premier jour d’un week-end bien mérité après une semaine de dur labeur. Les cours se sont terminés la veille au soir. Et dès hier soir, Lucie, tu savais ce que tu allais faire. Tu étais décidée. Tu as décidé d’aller en ville faire un peu de shopping. Ou du moins faire du repérage pour de futurs achats. Avec l’ambition d’étoffer ta garde-robe déjà bien garnie. Le maigre placard de ta chambre au dortoir du lycée n’arrive pas à contenir tous ces vêtements. Tous ses tissus. Ça déborde. Tu as la ferme intention de te détendre. De penser à autre chose qu’aux exercices que tu dois préparer pour le Lundi matin. T’essayer d’enlever la boule dans le bas de ton cou. Cette boule de stress qui est persistante depuis un moment. Te détendre est la solution. La bonne.

C’est donc naturellement que, petite Lucie, tu t’es levée tôt ce samedi matin, pour pouvoir descendre en ville. Pour arpenter les rues. Pour faire des tonnes d’essayages. Essayer vêtement sur vêtement. Des styles différents. Des robes aux pantalons en cuir. Et rien acheter. Ne pas sortir ton porte-monnaie. Au fond ça te gêne, mais tu sais que tu vas revenir. Que tu vas acheter des sacs et des sacs de tissus. Les repérages avancent bien. Même très bien.

L’horloge tourne. Les minutes et les heures passent. Lucie, tu commences à fatiguer. Tes jambes commencent à s’engourdir. A devenir lourde. Tu sens que tu vas avoir des courbatures à ton réveil demain. Qui a dit que faire les magasins ce n’était pas du sport. Ce n’est pas le pire. Tu y prends beaucoup de plaisir comparé à la course à pied ou autre sport. Tu décides qu’il est grand temps pour toi de retourner à l’école. De retourner dans ta chambre. Retourner à tes copies. A tes pensées d’exercices. Mais ça ne te dérange pas. Après une telle journée de décontraction tu peux faire n’importe quoi de pénible et long.

Tes pieds commencent à se diriger vers le chemin pavé qui te dirige vers le retour. Tu prends ton temps. Tu n’es pas pressée. Tu flânes encore un peu. Regardant tout autour de toi. Profitant du décor, de la ville. C’est à ce moment que tu la regardes. Une demoiselle. Une élève de la classe A. Tu en es sûr. Pas de toute possible. Le mélange de couleurs dans ses cheveux t’avait surpris la première fois que tu l’avais eu en cours. Du vert et du rose sur une base de roux. Avec ses yeux roses, tu avais trouvé ça adorable et surtout courageux de la part de la demoiselle. Peu de personnes auraient le courage de se teindre les cheveux. Tu peux te prendre en exemple Lucie. Jamais tu ne serais capable de le faire. Tu aimes trop la couleur de tes cheveux.

Tu n’es pas étonnée de voir une de tes élèves. C’est le week-end. Tout le monde a le droit de sortir. C’est le moment de liberté tant qu’il reste sur l’île. De toute façon personne ne peux partir. Ne peux fuir. Sans demander la permission au grand directeur. Le manitou de l’école. De tout ce qui gravite autour. Lucie, tu ne fais aucun pas en sa direction. Tu n’accélères pas le pas. Tu ne te vois pas aller la déranger pour lui dire bonjour. Ça ne sert à rien. Tu lui ferais peut-être même honte. Professeur que tu es.

Tu aurais respecté ta décision si tu n’avais pas remarqué une chose tombé de sa poche. Si tu n’avais pas eu l’œil à l’inspection. Tu ne peux pas laisser les choses ainsi. Tu te dois de le lui rendre. Lucie, tu accélères le pas jusqu’à ce que tu puisses prendre l’objet dans ta main. Tu te dépêches pour que personne ne le vol et que Camélia ne le retrouve jamais.  D’ailleurs tu l’interpelles.

CAMELIIIIIIA !

En criant son nom. Y a plus discret, mais il fallait que tu te fasses entendre. Tu ne vas tout de même pas courir ! Même pour ça. Même pour un coup de main. Il faudrait que ce soit vital pour que tu te mettes à courir. Tu accélères le pas et arrive à passer devant la rousse. Lui pressentant l’objet tombé au sol.

Tien ceci est tombé de ta poche. Quand je l’ai vu au sol, j’ai pensé que c’était important. Donc je te l’ai rapporté. Et maintenant, je te le rends.

Lucie, tu tends tes mains devant toi, paume vers le ciel. Objet posé dessus. Tu attends que la rousse le reprenne. Tu as fait ta B.A de la semaine, tu es assez contente.

     
     

     
     

       
       

         
         Excuse moi c'est pas super ><
         
       

       
     

       
       

         
         here
         
       

       
     
     
   
 

 


avatar

Invité
Invité
Mer 5 Oct - 18:25
sankyûûû !



 
 
 


    La jeune fille se retourna encore une fois durant son sommeil, les rayons du soleil venus troubler ses rêves à saveur d'œuf brouillé et de petits fruits du matin ce qui la réveilla, naturellement. Sentant ses rétines brûlées encore pour l'ixième fois de la matinée, la jeuen fille prit donc la décision de se lever en échappant quelques grognements en même temps. Comme presque matin du WE, celle-ci jura mentalement en se promenant que cette fois-ci, elle fermerait bien les rideaux avant de dormir, mais si elle savait elle-même que cela n'arriverait pas. Le lit à ses côtés était toujours vide, Camelia était parmi les 'chanceuses' qui pouvaient débuter l'année avec une chambre à elle toute seule. Seulement, pour elle, cela n'était pas de la chance, qu'elle était l'intérêt de ne pas pouvoir partager ses moments avec une compagne de chambre ? Qui allait donc pouvoir taquiner ? Ou alors simplement se réfugier quand les orages deviendraient trop violantes ? Elle préférait ne pas porter d'attention à ce détail plus longtemps et continuer sa route vers sa garde-robe.

Après avoir fait la routine habituelle du matin, un sentiment de vide ne pue la quitter. Qu'est-ce qu'elle pourrait bien faire... Un samedi après midi ? Elle regarda sa montre et constata qu'il était déjà midi. Que pouvait-elle bien faire pour le reste de la journée ? L'idée de vagabonder dans l'académie n'était pas très charmante, et ce, même dans ses pensées. Elle passa quelques minutes sur son portable pour se mettre à jour au niveau de l'actualité et aussi pour voir s'il n'y avait pas une petite nouvelle croustillante concernant quoi se soit, malheureusement cela ne fut pas le cas. Mais, tout bonnement, une petite annonce dans le coin de son compte Facebouc (rire) lui donna l'eau à la bouche, son fasfood préféré venait tout juste de sortir une nouveauté ! Cela donnait une bonne excuse pour sortir de l'académie et aller se dégourdir les jambes hors de l'académie.

Après la route interminable de l'autobus, elle fut rendue au centre-ville. Camelia était curieuse et intrépide, la simple vue d'un objet qu'elle jugeait 'mignon' suffisait de captiver son attention pour une bonne quinzaine de minutes. Alors imaginons une visite dans le centre commercial... Justement, celle-ci vagabondait de boutique en boutique « Oh, c'est mignon ! … Mais ça aussi ! ... Et ça ! ... Oh, ceux-là iraient trop bien avec mon écharpe d'automne ! » Elle était déjà perdue dans sa rêverie des magasins, deux trois sacs aux bras et une glace à la barbe papa à la main, elle dévalait chaque boutique que se soit simplement pour regarder que d'acheter des 'petits trucs'. Elle avait cette manie de vouloir tout acheter, on pouvait limite lui donner le titre d'acheteuse compulsive'. Mais, elle ne gardait souvent même pas les objets... Après un ou deux mois, elle finissait par les jeter, captivée par ses nouveaux joujoux.

Mais, soudainement, on pue clairement entendre une voix interpellée la jeune fille. Certaines personnes ne retournèrent en se demandant ce qui pouvait créer ce brouhaha général. Camelia reconnut tout de suite la personne à ses allures : c'était Lucie O. Morel. Avec ses allures théâtrales et sa chevelure de flamme, elle ne passait pas facilement à l'insu des gens. Elle était aussi son professeur d'histoire, le cours le plus ennuyant après celui de l'histoire de l'humanité. Justement, la jeune fille ne pue retenir une grimace juste en pensant à la matière scolaire.

▬ Lulu ..?

Elle abaissa doucement son regard vers ce que la jeune femme tendait vers elle : elle pue voir son porte-monnaie panda, elle comprit aussitôt qu'elle avait dû l'échapper en marchant, ce qu'elle pouvait être bête. Elle le prit doucement l'objet en rendant un regard radieux au professeur et alla ensuite le ranger dans sa poche pour qu'il n'y tombe plus. Une question qui brûlait sur ses lèvres ne pue s'empêcher de sortir après avoir énoncé la formule de politesse qui suivait son geste.

▬  Oooooh ! Vous êtes trop gentille ! Vous imaginez si vous ne l'aurez pas trouvé, il y aurait peut-être un freak fasciné sur les pandas qui aurait pu voler mon sac... Justement, qu'est-ce que vous faites ici ? Je ne pensais pas que vous étiez du genre à venir magasiner durant les WE Vous avez tellement l'air... C... Calme ! ヽ(๏∀๏ )ノ  

Elle ricana en même temps de terminer sa phrase.

© ANARCISS

avatar

Invité
Invité
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Evènement] Sortie en ville
» Sortie en ville [PV Meridian] /!\Hentaï/!\ [Terminé]
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: